.

Mon mât de mai (Bealtaine 2011)

Bealtaine est la fête diamétralement opposée à Samhain. De la même façon qu’il est question d’une union entre Morrigane et Dagda durant la fête de Samhain, il est question également d’une union durant Bealtaine.

Bealtaine est la fête du feu, celle du dieu Bélénos.

C’est lors de Bealtaine que les Tuatha De Dannan accostèrent en Irlande, après avoir erré pendant longtemps sur les océans. Et c’est également à Bealtaine qu’ils brûlèrent leur navire.

C’est également durant Bealtaine que, de la même façon que les druides allumaient un feu tant physique que magique, St Patrick alluma son feu lorsqu’il provoqua le roi.

Durant Bealtaine, les druides faisaient passer les troupeaux et les gens entre les feux afin de les purifier.

Un certain nombre de traditions en Irlande consistaient en des visites des jeunes hommes au domicile des demoiselles en y laissant des témoignagnes de leur affection ou de leur désaffection.

SYMBOLISME DU MÂT DE MAI :

Le mât était traditionnellement fait avec du bois de bouleau.

Il représente à la fois l’arbre qui s’élance de la terre vers le ciel, le passage de l’énergie du chtonien vers le céleste, et le phallus de l’homme. C’est pourquoi à sa base, on peut placer des genêts ou des herbes afin de représenter les poils pubiens de l’homme.

À son sommet, on place 3 rubans qu’on peut associer aux tisseuses (3 Parques).

Les couleurs de ces 3 rubans sont :

– Rouge : Qui représente le feu intérieur qui amène la sève à s’élever des profondeurs de la terre après la période sombre.
– Vert : Qui représente la sève, la jeunesse, l’énergie montante.
– Jaune : Qui représente la force et la chaleur du soleil

J’ai ainsi ajouté sur mon mât de Bealtaine un fil de cuir, qui monte en spirale, s’enroulant autour du mât depuis sa base jusqu’à son sommet, afin de symboliser cette énergie chtonienne qui s’élève vers les cieux.

De même les feuilles sur le mât rappelent la végétation qui reprend force et vigueur à l’issue de la saison sombre.

À cette représentation masculine / phallique, on peut placer au sommet une couronne de fleurs : symbole féminin par excellence symbolisant le vagin.

Les fleurs peuvent pour leur part être associées aux futurs fruits (la fleur précédant le fruit) que l’union du mât et de la couronne (ou encore du phallus et du vagin) amènera.

Le phallus représente l’axe vertical qui s’élance de bas en haut, tandis que la couronne représente le plan horizontal. De cette union de la verticalité et de l’horizontalité, tout l’espace se trouve ainsi empli par cette union.

On pourrait également voir dans cette union, l’union des 2 infinis élémentaires qui se complètent :

– L’axe vertical, s’étend à l’infini vers le bas et vers le haut.
– La couronne représente l’infini cyclique, aucune extrémité dans cet infini là.

De l’union de ces 2 types d’infinis émane tous les infinis possibles (spirales, hélices, etc...).