.

Cuisine & Spiritualité - Partie I : « Cuisiner en toute quiétude » - Petites réflexions contemplatives (18 juillet 2004)

La première partie d'un texte sur les liens entre cuisine et spiritualité. La seconde partie sera bientôt remise en ligne.


'avez-vous jamais goûté à ces petits instants de quiétude ? Ces instants en dehors du temps, en dehors de toutes choses... Ces instants où la fureur des évènements et des réalités a suspendu ses ailes...
hauffer une huile et saisir l'instant subtil où sa surface se met à vibrer et que l'air s'emplit de ses arômes d'olive. Entendre la viande grésiller. Goûter la douceur du miel et l'acidité du vinaigre balsamique et de nouveau percevoir la farandole des senteurs qui se succèdent et s'unissent : de l'olive, de la viande, du balsamique et enfin l'odeur si particulière de la cannelle.
oir la viande abandonner sa couleur rougeoyante et arborer des couleurs blanches puis brunes, les figues se parer des couleurs d'une sauce parfumée et changer de texture.
t sans cesse vérifier et doser : ni peu ni trop... pour atteindre le juste milieu, le juste équilibre.
i manger est déjà un plaisir de tous les sens, je trouve que cuisiner est encore plus extatique : on sent, on goûte, on touche, on écoute et on voit les divers éléments de notre plaisir futur se transformer et se sublimer.
ans ces instants, on se sent tel un créateur malaxant la matière, ce qui fut jadis vie, pour en extraire la quintessence.
t puis on contemple son Œuvre (au sens quasi-alchymique) et on la déguste : « Aiguillettes de canard mi-figues mi-raisins, avec du miel et de la cannelle.» Jadis de simples mots lus dans quelque livre de cuisine, et maintenant là, bien réel devant moi et en mon palais.
nfin en garder de par soi, de façon à prolonger ces instants et les retrouver le lendemain lorsque réchauffant la matière, l'esprit s'envole de nouveau vers l'extase.